• Roberto Bazlen est une figure mythique de l'édition italienne.
    Conseiller éditorial pour plusieurs grandes maisons littéraires, il a envoyé à ses amis de nombreux comptes rendus de lecture sous forme de lettres.
    Les Lettres éditoriales en regroupent quelques-uns.
    Parmi les considérations qu'on trouvera dans ses pages : faut-il publier L'Homme sans qualités de Musil ? En quoi le Journal à quatre mains de Flora et Benoîte Groult est-il un grand livre ? Alain Robbe-Grillet est-il vraiment un écrivain intéressant ?
    Préface de Roberto Calasso.
    Traduit de l'italien par Adrien Pasquali.

  • Artiste sans oeuvre, Roberto Bazlen (1902-1965) a toujours négligé de livrer ses écrits à la publication. On recueillit à sa mort ses "notes sans texte", qui comprennent ces pages consacrées à sa ville natale. Bazlen fait revivre Trieste et ses contradictions : ville entourée d'une campagne slave, gouvernée par des Autrichiens, mais où l'on parle italien. Ville provinciale et pourtant "caisse de résonance" de la culture européenne où une bourgeoisie riche et cultivée poursuit un rêve d'italianité sans y croire, pendant qu'une administration ennuyée entretient péniblement un autre rêve : celui d'un Empire déjà condamné par l'Histoire.

empty