• " Ne m'enterrez pas encore.Je ne suis pas mort...Je dors ! "C'est Michel Sardou, reprenant l'un de ses grands succès, qui nous l'assure. On pensait que le chanteur avait tout raconté dans Et qu'on n'en parle plus, sa première autobiographie. Erreur ! Cette fois, c'est juré, il n'occultera rien. " J'ai promis la vérité, toute la vérité, je vais m'y tenir ! "
    À travers des dialogues fictifs savoureux avec sa mère, Michel Sardou revient sur les grands moments de sa vie, ses premiers amours, la mort de son père, ses rencontres avec Johnny Hallyday, Barbara, Michel Fugain, Eddy Mitchell..., ses fils à qui il a transmis son âme d'artiste, sa passion pour le théâtre.
    Avec sa verve et son franc-parler habituels, il jette aussi un regard sans concession sur la société actuelle.
    Les confessions passionnantes d'une des personnalités préférées des français.

  • 60 ans sur scène !Préfacé par Sylvie Vartan, le livre qui raconte son incroyable destin.Sylvie Vartan a huit ans lorsque sa famille fuit la Bulgarie pour échapper au communisme. Elle comprend, presque trop tôt, que la liberté se gagne. Première fille à chanter du rock dans les années 1960, elle devient avec Johnny Hallyday le fer de lance d'une jeunesse explosive.
    Sa route est pavée de drames, de coups du sort qu'elle surmonte à chaque fois comme une guerrière, remontant sans cesse sur scène et devenant un modèle pour des générations de femmes.
    Avec cet ouvrage qui fourmille d'anecdotes et offre un formidable album photo, Christian et Éric Cazalot s'attachent à la vie de l'artiste autant qu'à celle de la femme.
    " Lorsqu'ils m'ont persuadée que ma vie, d'emblée marquée par un destin aussi fort que violent, pourrait donner lieu à un véritable "roman"
    , je leur ai répondu : "Eh bien, allez-y, écrivez le !", raconte Sylvie Vartan. Aujourd'hui le voici, c'est l'histoire de ma vie ! "

  • La vie de l'immortel Serge Gainsbourg
    Gainsbourg, trente ans. Trente ans qu'il est mort, le 2 mars 1991, et qu'il ne cesse de vivre et de revivre encore. Gainsbourg, ses engouements, ses esclandres, ses colères. Ses compagnons, l'alcool, le tabac. Ses égéries : Bardot, Birkin, Bambou - les trois B. Et sa fille, Charlotte. Ses débuts comme pianiste de bar au Milord l'Arsouille, ses mariages ratés, ses deux enfants cachés, son amitié décisive avec Boris Vian. Il y a ce que l'on sait : le charme fou, le talent vertigineux, les tubes fabuleux, les amours meurtrières, les déceptions, les provocations et le scandale, l'impatience ambiguë devant la mort.
    Gainsbourg, c'est aussi l'histoire d'un inconnu qui dut apprivoiser sa laideur, d'un enfant,
    Lulu, traqué par la peur sous l'Occupation et portant son étoile jaune comme un premier défi. Un homme toujours douloureux. Même en pleine lumière, ses tapages, ses ivresses, ses défis insensés, étaient lestés d'amertume.
    Dans sa dernière vie, Bambou, sa femme-refuge, lui a donné le bonheur d'un enfant, Lulu, comme un double souriant du petit garçon qu'il avait été. Quelques gouttes d'espérance avant de plonger dans une solitude choisie, entre souffrances et démons. Et de mourir, à soixante-trois ans, comme on fait une dernière grimace.

  • Chemins de liberté

    Yves Duteil

    On savait Yves Duteil homme de plume et de notes. Mais l'homme d'action et d'engagements était resté dans l'ombre de sa carrière d'artiste.
    " De l'Île-d'Orléans jusqu'à la Contrescarpe ", il évoque les grandes rencontres de sa vie, de René Barjavel et Félix Leclerc, à qui il dédie " La langue de chez nous ", à Jacques Chirac qui lui donna mission de dynamiser la chanson d'expression française. Sans oublier tous les artistes - Mireille, Brassens, Barbara, Renaud, Alain Souchon, Philippe Chatel, Véronique Sanson... - croisés sur ses chemins d'écriture et de liberté.
    L'auteur de " Dreyfus " (1997) et de " Respect " (2018) raconte en outre ses combats, notamment écologiques, qui l'ont vu quatre fois arborer l'écharpe de maire de Précy-sur-Marne et créer une école pour les enfants défavorisés de Pondichéry. Toutes choses impossibles sans Noëlle, son épouse, " ouragan de douceur " qui les entraîne dans une aventure humaine ouverte sur le monde, insoupçonnable de richesse et de diversité.
    Jamais encore Yves Duteil ne s'était raconté aussi intimement, sans omettre aucune des facettes de sa personnalité et de son parcours.

  • " Basique ", " Tout va bien ", " La Terre est ronde " ont fait de lui un classique d'une chanson française qui rime avec rap.
    La première biographie du génie nonchalant du rap françaisIl se fait connaître sur internet en 2008. L'année suivante, il enregistre son premier album,
    Perdu d'avance, où chansons provocatrices, jeux de mots tendancieux et une chute coup de poing le font remarquer. S'il s'attire les foudres d'une partie du public, des médias et de la classe politique, il s'impose comme un acteur de la scène française.
    Né le 1er août 1982 à Alençon dans l'Orne, de son vrai nom Aurélien Cotentin, le rappeur maîtrise l'art de décrire ses contemporains avec acuité. Assagi, mais toujours incisif, il confirme son talent de portraitiste avec l'album
    Le Chant des sirènes (2011), qui suscite l'adhésion des jeunes de sa génération dont il dépeint le quotidien dans un monde en bouleversement. " Basique ", " Tout va bien ", " La Terre est ronde "...
    De titre en titre, enregistrés en solo ou avec ses amis rappeurs, il impose son personnage de loser nonchalant, doté d'une plume agile et d'un humour décalé.
    Sacré " rappeur le plus sexy du monde ", le trentenaire caennais souvent comparé à Renaud pour son art de décrire " la classe moyenne, moyennement classe, où tout le monde cherche une place ", comme il le chante dans " La place ", est aujourd'hui une référence.
    Fruit d'une enquête menée auprès de ses proches, de ses amis rappeurs, des professionnels et des fans, la première biographie consacrée à un artiste devenu aussi acteur et réalisateur.

  • Cette biographie revient sur tous les secrets de cette jeune chanteuse promise à un bel avenir.
    Depuis son single " La Loi de Murphy " (2017), Angèle ne cesse de conquérir de nouveaux publics. Brol, son premier album, a été la meilleure vente francophone de 2019. La chanteuse bruxelloise a créé un paysage de mélodies, de paroles, de sonorités définissant l'air du temps, infusé dans une identité à la fois drôle, sexy et colorée.
    L'influence d'Angèle est encore plus sensible depuis qu'elle est devenue role model et emblème d'un combat féministe moderne et exaltant.
    Prises de positions antisexistes, coming out, relation avec son frère, le rappeur Roméo Elvis... : cette biographie décrypte le parcours d'une jeune artiste devenue phénomène de société en incarnant les aspirations des jeunes filles d'aujourd'hui, avec simplicité, humour et engagement.

  • Nouvelle édition du livre Brassens par BrassensEt si Georges Brassens avait été un autre ? Un autre que celui que nous ont raconté les légendes et les idées reçues...
    De fait, il n'a jamais été bougon ni bourru, jamais taiseux ni primaire, jamais sinistre ni distant. À l'image de ses chansons, loin de tous les clichés réducteurs, l'homme était d'une facture riche et singulière : timide et joyeux drille à la fois, attentif et insolent, curieux de tout et de tous, tranquille et frondeur, tendre et cinglant, fin et moqueur, ouvert et sceptique, chaleureux et railleur. Bref, tout sauf lisse, mais toujours de bon commerce.
    En réunissant en un volume trente ans de " libres propos " de l'auteur de
    Saturne et de la
    Supplique pour être enterré à la plage de Sète, Loïc Rochard offre à Brassens la possibilité de livrer, à titre posthume, son " autoportrait ", voire de se mettre à nu.
    Authentique, sincère, indissociable de son oeuvre, voici que se révèle enfin sous toutes ses facettes le véritable Brassens " peint par lui-même " : en jeune " chahuteur sournois ", en chanteur mal à l'aise, en amoureux antiromantique, en acharné de la musique, en contrebandier du langage, en homme de partis pris et de tolérance en même temps, en adversaire tranquille de l'ordre établi, en libertaire généreux, en moraliste " solitaire mais solidaire ", en désespéré jovial, en rabelaisien pour toujours.
    " La voix de ce gars est une chose rare ", disait René Fallet. On peut le vérifier de la première à la dernière ligne de
    Brassens par Brassens.
    Édition établie et annotée par Jean-Paul LiégeoisDe Georges Brassens au cherche midi :
    OEuvres complètes,
    Les chemins qui ne mènent pas à Rome,
    Journal et autres carnets inédits,
    Premières chansons (1942-1949),
    Je suis une espèce de libertaire.
    Et aussi :
    Les Mots de Brassens et
    Sous la moustache, le rire ; de Loïc Rochard, et
    Brassens, homme libre, de Jacques Vassal.

  • Biographe spécialiste de musique et de cinéma, Frédéric Quinonero s'attaque au mythe Dutronc : qui est véritablement Jacques, retranché derrière son sempiternel cigare et les verres opaques de ses Ray-Ban Aviator ? Ses chansons yéyé, ses apparitions au cinéma, ses amours mythiques (avec Françoise Hardy, notamment !) sont toutes décryptées ici.
    " L'insolence cache beaucoup de choses, elle cache l'essentiel. "
    Artiste inclassable et insaisissable, roi du canular, Jacques Dutronc a tracé son chemin à l'intuition, sans chercher à faire carrière. D'abord guitariste, il aborde la chanson (" un métier d'escroc ") par un curieux hasard. Dans les mid-sixties, ses succès, écrits à quatre mains avec son "meilleur ennemi" Jacques Lanzmann ("Et moi, et moi, et moi", "Les Cactus", "Les Playboys"...), pointent déjà les dérives de la société de consommation, avec un sens de la formule qui fait mouche.
    Au cinéma, ce faux désinvolte a fait preuve d'une rare exigence et tourné avec les plus grands, de Zulawski à Pialat (il obtint le César du meilleur acteur pour Van Gogh en 1992), en passant par Lelouch, Deville, Godard ou Chabrol.
    Écologiste avant l'heure, Jacques Dutronc se cache souvent dans son repaire corse pour y " ranimer la flemme ".
    Nourrie des témoignages de Francoise Hardy et d'amis intimes, tels Jean-Marie Périer ou Hadi Kalafate, cette biographie dévoile, derrière l'humour et l'insolence, la part la plus sensible de Jacques Dutronc.

  • Dalida, Hallyday, Brel, Aznavour... Roger Morizot, entré grâce à Bruno Coquatrix à l'Olympia dont il fut le régisseur principal pendant trente ans, livre des anecdotes sur les artistes qu'il a côtoyés.
    Bruno Coquatrix, le directeur, me disait : " Prends des notes. Il faudra bien qu'un jour on sache ce qui s'est vraiment passé ici, les nuits blanches que nous avons vécues, la sueur et les plumes que nous avons laissées pour que les étoiles continuent de briller sur les néons de la grande facade... Écris tout ca. "
    Régisseur de l'Olympia depuis sa réouverture en 1954, Roger Morizot raconte la célèbre salle de spectacle parisienne depuis les coulisses. Il y a vu les stars internationales s'y produire : Liza Minnelli, Marlene Dietrich, Joséphine Baker, Miles Davis, Frank Sinatra... Et presque toutes les vedettes hexagonales y faire leurs débuts : Aznavour, Brel, Brassens, Dalida, Claude Francois, Hallyday, Polnareff...
    Autant de noms qui ont brillé au fronton du 28 boulevard des Capucines... mais pas toujours par leur comportement. De fait, " Doudou " distribue lauriers et coups de griffes. S'il fut le confident et l'ami de beaucoup, tels Édith Piaf, Dalida ou Jacques Brel, il n'envoie pas dire ce qu'il pense de quelques autres.
    Après trente-quatre années de présence assidue, Doudou a quitté les lieux. " The show must go on ! Le spectacle n'a pas d'autre loi. J'ai suffisamment bien vécu et, si mon banquier ne s'en souvient pas, j'ai de la mémoire pour deux et des paillettes plein les poches. "

  • BRASSENS, BIENTÔT 100 ANS !
    Plusieurs de ses amis sétois ont témoigné que Georges Brassens a manifesté dès l'enfance de sérieuses dispositions pour l'humour. Il avait un goût de la farce et du canular qu'il a conservé toute sa vie et que l'on retrouve, décliné de différentes manières, dans nombre de ses chansons. Une bonne moitié d'entre elles nous font rire et sourire.
    C'est là un des mélanges les plus évidents de sa palette : il savait marier l'humour et la gravité, inventer des situations cocasses pour traiter un thème qui d'ordinaire ne s'y prête pas, émailler d'un vocabulaire délibérément joyeux une situation passablement triste.
    En fait, derrière l'outrance et la drôlerie dont il était capable, il cachait un fond d'ennui et de noirceur. Alors, pour s'extraire d'un monde et d'une société qui ne lui convenaient pas, Brassens s'est réfugié dans un univers parallèle et imaginaire, un univers qu'il nous a laissé en héritage et où l'humour règne en maître.
    Ce décalage poétique révèle aussi une philosophie : l'air de rien, Brassens se sert de l'humour pour faire passer des idées... en contrebande. Plutôt que d'asséner, il préfère suggérer : par le trait d'esprit, par la cocasserie. Toujours !
    Cette constance valait bien une nouvelle balade à travers son répertoire, non ? Une bien belle balade pour rire avec Brassens.
    Édition établie par Jean-Paul Liégeois

  • Les bonheurs de la vie

    Sheila

    • Archipel
    • 1 Novembre 2016

    Sheila a décidé de nous faire partager son incroyable bonheur de vivre. Ce nouveau livre, fruit de son expérience de chanteuse et de danseuse, rassemble ses secrets pour rester, à 70 ans, en forme, mince et pleine de tonus. Elle nous dit sa passion pour le sport, ses rencontres avec des maîtres yogis qui lui ont permis de conserver une énergie hors du commun.Sheila nous livre ses recettes de bien-être, de diététique, ses techniques de respiration et décrit l'importance de la relaxation.Un livre émaillé de souvenirs où Sheila se raconte en toute sincérité, la femme comme l'artiste.Cahier photo 16 pages couleur

  • Elle n'avait jamais voulu écrire ses Mémoires... Pourtant, au fil de ce récit, vous suivrez son parcours professionnel insolite, ses maris, ses enfants, et quelques lourds secrets jusqu'ici bien gardés.
    Mais sa vraie vie n'est pas là. Sa vraie vie, ce sont les civilisations qui ont précédé le Christ et préparé son fulgurant succès, puis les nombreux mouvements d'orgueilleuse émancipation qui ont mis en doute l'existence même d'un créateur. Elle a noirci des milliers de pages là-dessus. Elle a tout lu, Marie, et son discours le prouve. Elle a squatté tous les musées du monde, scruté tous les monuments, " fait parler la pierre "... Et en 2015, enfin, elle a décidé d'en faire un livre.
    Ce livre, le voici. Elle ne s'y pose pas en historienne : elle revit les événements. Cela donne une Histoire en Cinémascope tant les descriptions sont grandioses, et un véritable roman où pullulent les amours impossibles et les luttes de pouvoir. Savourez le cocktail : c'est un régal.

  • La biographie incontournable de l'électron libre de la chanson française !
    À 15 ans, passionné par le chant, il quitte ses parents pour Paris, et se fraye, seul, un chemin dans la jungle artistique. Il s'essaie d'abord au cinéma. Mais sa célèbre voix finit par le rattraper et c'est dans la chanson qu'il connaît son premier succès, N'importe quoi en 1987. Avec son Perfecto et ses anneaux aux oreilles, il tape dans l'oeil du public... et de Vanessa Paradis, avec qui il vit une idylle de plusieurs années.
    Après un gros passage à vide, ce flambeur casse-cou transforme ses galères en succès et renaît au côté d'Azucena, la femme de sa vie, celle qui l'a sauvé de ses démons. Car l'histoire de Florent Pagny, c'est aussi celle d'une success story assez incroyable, faite de hauts et de bas. Celle d'un homme toujours libre dans sa tête, provocateur mais tendre, râleur mais généreux, artiste mais aussi entrepreneur. Un homme dont les choix de vie ont conquis pour de bon le coeur des Français.
    Entre enquête et portrait intime, l'auteur livre une biographie captivante nourrie de témoignages inédits. Il retrace le parcours d'un artiste des plus étonnants, à la fois sédentaire et nomade, toujours en quête de nouveaux voyages musicaux. À bientôt 60 ans - il les fêtera en 2021 - l'enfant de Saône et Loire aurait-il enfin - enfin ! - accédé aux rives de la sagesse ?

  • Serge Lama

    Lomig Guillo

    La biographie incontournable du stentor le plus populaire de France !
    On le connaît sous le nom de Serge Lama, mais avant d'être l'artiste accompli et multiple, la personnalité exubérante, l'immense interprète et l'auteur de talent qu'on connaît, Serge Chauvier est surtout un homme entier et complexe à la vie fascinante, faite de tragédies et de victoires arrachées de haute lutte, qui a côtoyé les plus grands jusqu'à en devenir un lui-même.
    Barbara, George Brassens, Enrico Macias, Michel Drucker, Juliette Greco, tous ont fait partie de sa vie et ont assisté à la montée en puissance de celui qui dès son plus jeune âge, prêta serment de fidélité à la scène. Cela aurait pu s'arrêter en 1965, alors que le jeune Serge frôle la mort dans un accident de voiture dans lequel décède sa compagne de l'époque. Inarrêtable, après un an de lutte, il reprend son ascension sans jamais rien laisser au hasard. Disque d'or en 1973 avec son tube Je suis malade, celui qui avait déjà connu le succès avec ses chansons Superman, C'est toujours comme ça la première fois ou encore la compilation Les Ballons rouges, se lance quelques années plus tard dans l'oeuvre de sa vie, la comédie musicale Napoléon, et tout cela sans jamais tourner le dos à la scène.
    Sur la base d'une enquête fouillée et d'une série d'entretiens avec son entourage, Lomig Guillo retrace avec brio la vie et la carrière de cet homme-artiste indispensable à la chanson française. On connaît Serge Lama chanteur, auteur, comédien... découvrez l'homme derrière l'artiste.

  • L'éveil

    Jeanne Mas

    " Voilà des mois que j'épluche tous ces livres. Des mois que je cherche entre les lignes de leurs récits des réponses à mes suspicions, l'étincelle d'une vérité qui pourrait confirmer ce dont je n'ai jamais vraiment douté. Cette vie que je consomme n'est pas ma première. Je le sais, je le sens. Il y a des intuitions qui ne vous trompent pas. "Depuis son plus jeune âge, Jeanne Mas vit avec la certitude qu'elle a eu une autre vie bien avant celle-ci. Qu'elle en porte les traces, les influences, qu'elle en vit les conséquences, mais comment en avoir la certitude ? Est-il possible qu'une même âme puisse se retrouver dans plusieurs corps, à différentes époques ? La mort ne serait qu'un simple passage entre deux existences ? Afin d'apporter des réponses à ses intuitions, l'auteure décide d'entreprendre une thérapie spirituelle qui va lui ouvrir les mystérieuses portes de l'univers. Elle y découvre le sens de la vie, le karma, notre connexion avec le cosmos, avec nos guides spirituels et la guérison par la thérapie des vies antérieures. Le hasard n'existe pas, tout est écrit et pourtant rien n'est définitif. Un voyage initiatique où la surprise le dispute à l'étonnement, sur les pas d'un guide dont la force du récit est de ne jamais rien imposer au lecteur mais de partager et de lui permettre de comprendre.

  • Renaud : quarante ans de carrière à travers ses plus belles déclarations Blouson noir, papa gâteau, gavroche énervant, poète sensible et révolté, chanteur populaire et réaliste... on ne présente plus le " phénix ".
    Laissons plutôt Mister Renard évoquer Renaud ou vice versa. Qu'elles soient touchantes, drôles, poétiques, provocantes, sensibles, cet ouvrage recense les plus belles paroles, pensées et confidences de Renaud.
    De l'enfance à la mort, en passant par l'amitié, la tribu, les inspirateurs, l'argent, l'engagement, l'alcool, une vingtaine de thèmes sont au sommaire de ce livre qui parcourt ainsi 42 ans de carrière !
    Un recueil original, inédit et ludique, pour se plonger dans l'univers, la vie et l'oeuvre de l'artiste. Une manière de redécouvrir Renaud à travers ses propres mots. Ses paroles sont extraites d'innombrables et différentes sources de 1977 à aujourd'hui : extraits d'interviews de la presse écrite, télévision, radio, conférences de presse, livres...
    ExtraitsSes toutes premières interviews " L'avenir ? Je le vois très court, un grand trou noir. En fait, je ne le vois pas, je vois la mort. C'est tout, à brève échéance. C'est con, la mort... Je suis suicidaire mais à petit feu. Sans mes parents, que j'aime éperdument, je crois que je me serais flingué depuis longtemps. "
    Le Matin, 13 mars 1978 (chapitre : La mort)
    Ses confidences les plus sincères " Je suis toujours dans cette contradiction d'être célèbre, d'avoir de l'argent et de parler à ceux qui n'en ont pas. C'est pour ça que je distribue à tort et à travers, à toutes les bouteilles à la mer, les appels au secours de gens démunis, déshérités, à la rue. Ça vient peut-être de mon éducation protestante. Je ne suis pas à la recherche de causes à défendre mais, quand on me sollicite, je ne sais pas dire non. "
    Le Journal du dimanche, 3 avril 2016 (chapitre : L'engagement)

  • Portrait de la dame de Saint-Germain-des-Prés par Françoise Piazza, biographe d'artistes français et amie de Juliette Gréco.
    " Si tu t'imagines ", " Les Feuilles mortes ", " Jolie môme ", " Un petit poisson, un petit oiseau ", " Déshabillez-moi "... Juliette Gréco incarne l'esprit de Saint-Germain-des-Prés, entre gouaille et sophistication.
    Quand elle la rencontre en 1968, Françoise Piazza a dix-neuf ans et Juliette quarante et un. Ce jour-là, entre la jeune fille et la chanteuse débute une longue amitié qui jamais n'a faibli. Au fil des années, de concerts en tournées, elle devient une proche tant de l'artiste que de la femme.
    Son témoignage, habité de souvenirs et de confidences, dévoile une Juliette intime, loin de la statue que lui ont dressée ses admirateurs du monde entier.

  • De Brel, on sait tout, ça ronronne au salon. Brel mérite mieux. Il mérite d'être bousculé comme lui-même défonçait la scène ; sinon, à quoi bon une nouvelle pièce à son Olympia ?
    Pour David Dufresne, Brel est tout à la fois un père de substitution, une icône, le chanteur qui braille et qui transpire, comédien de seconde zone, penseur hors pair, et surtout l'âme sœur qui aide à lever ses cent kilos, quand la vie se joue de drame en drame. Ses mots sont devenus devise pour la vie : " On fait ce qu'on peut mais il y a la manière. " On ne vit qu'une heure est un livre avec Brel, autant qu'une biographie de Brel, une invitation à aller voir, comme l'artiste le professait. L'auteur nous embarque à Vesoul et sa fameuse valse musette, dans la France des camions pizza, des usines oubliées et des centres-villes qui se recroquevillent dès 6 heures du soir.
    Que reste-t-il de l'âme du Grand Jacques ? De ses obsessions (la fraternité, l'amour, la soif de vivre et la mort) ? Ouvriers, sans le sous, bourgeois et commerçants, David Dufresne brosse le portrait d'une France profonde, joyeuse et brisée. À la Brel.
    Un récit sensible et tonitruant, lézardé de chansons, d'entretiens rares du chanteur et de rencontres truculentes, où le passage de Brel à Vesoul se fait plongée policière.
    David Dufresne est l'auteur de Tarnac, magasin général (Calmann-Lévy, 2012) et New Moon, café de nuit joyeux (Seuil, 2017, finaliste prix de Flore).

  • Label Angèle

    Yves Quitte

    • Favre
    • 9 Juillet 2020

    Un livre sur une artiste complète, douée, libre et engagée... et pas que sur Instagram (2,5 millions d'abonnés) !
    Il y a fort à parier qu'en 2020, de nombreuses petites Angèle voient le jour. À l'image d'une Brigitte Bardot grâce à laquelle de nombreux bébés Brigitte sont nés dans les années 60, la chanteuse belge Angèle Van Laeken connaît un début de carrière fulgurant. En trois ans, elle est passée de YouTubeuse à phénomène de mode puis icône. Ses clips en forme de courts métrages sont vus par des millions de fans, son dernier album, " Brol ", s'est vendu à 750 000 exemplaires (plus grosse vendeuse de disques en France en 2019 !) et sa tournée " Brol Tour " a fait le plein jusqu'à l'Accor Hôtel Arena en février. On l'a vue se produire sur scène avec MC Solar, elle apparaît sur l'album de Damso et participe à de grands festivals d'été.
    Fille et soeur de chanteurs et musiciens (ses parents Marka et Laurence Bibot, son frère Roméo Elvis), la jeune Belge de 24 ans connaît même un succès phénoménal outre-Atlantique. Pianiste émérite, elle sait tout faire. La preuve puisqu'on parle déjà d'elle au cinéma dans le prochain film de Léos Carax, Annette, aux côtés de Marion Cotillard et Adam Driver !
    Une artiste engagée contre le sexisme, notamment avec sa chanson " Balance ton quoi ". Parallèlement, elle devient marraine d'une association luttant contre le cancer pédiatrique en 2019.

  • Une histoire de chansons, de littérature et surtout d'amour
    " Je m'appelle Marie-Paule Belle. Je suis chanteuse. L'un de mes plus grands succès a été " La Parisienne ". Une chanson écrite par Michel Grisolia et Françoise Mallet-Joris.
    Françoise Mallet-Joris, poète, penseuse, philosophe, romancière était un formidable écrivain. Elle était aussi - et elle était surtout - mon amie.
    Dans les années 70, nous formions un couple de femmes, sans souci, sans honte, sans pudeur.
    Nous étions ensemble naturellement, sans rechercher le scandale que nous créions pourtant dans une société figée qui ne reconnaissait pas que deux femmes puissent s'aimer ouvertement et sans réserve. Nous nous sommes tant aimées d'ailleurs.
    C'est après la disparition de Françoise, en 2016, que je me suis aperçue de la grandeur et de la profondeur de son amour.
    Elle m'avait écrit des lettres. En les lisant une première fois, je n'avais reconnu que la manifestation de cet amour. En les relisant, longtemps après son décès, j'y ai vu l'amour absolu que Françoise me portait, s'oubliant pour me sublimer, me propulser vers des niveaux qu'elle seule jugeait acceptables pour moi.
    " On n'a rien donné, tant qu'on n'a pas tout donné " - écrit quelque part Sainte Thérèse De Lisieux. Françoise Mallet-Joris m'a tout donné avec une générosité sans mesure. Et je ne me suis aperçue de rien, prenant pour gentillesse et dévouement ce qui n'était qu'oubli de soi et pur amour.
    Aujourd'hui qu'elle n'est plus, j'ai un peu honte d'un tel aveuglement.
    C'est la raison pour laquelle j'ai souhaité écrire ce livre. Pour rendre à Françoise Mallet-Joris un peu de ce qu'elle m'avait donné, pour dire publiquement combien son intelligence irradiante, sa personnalité modeste et attachante, avaient contribué à établir, enfin, ce que je suis devenue. "

  • La première biographie non officielle consacrée à la chanteuse, qui révèle les secrets qu'elle n'a jamais voulu dévoiler.
    En 1972, trois ans après son premier 45 tours, paraît Amoureuse, un album produit à l'américaine, en rupture avec la variété traditionnelle. Grâce à sa voix au vibrato reconnaissable, Véronique Sanson, 23 ans, impose un style.
    Depuis un demi-siècle, à la fois conquérante et fragile, rockeuse et classique, elle chante l'émoi amoureux, le désir de la fugue, le mal de vivre, les paradis artificiels... Ses chansons en forme de confessions composent une oeuvre majeure.
    Son personnage a deux facettes. Si " Véro " est une musicienne au talent reconnu, elle est aussi une femme imprévisible, qui se grise à la " douceur du danger ".
    Fruit d'une enquête menée auprès de proches et collaborateurs, ce livre questionne cette " drôle de vie ". Il dévoile la vraie nature de sa liaison avec Michel Berger ; sa relation à la fois énamourée et orageuse avec son père, à l'origine d'une vie sentimentale tumultueuse (Stephen Stills, Étienne Chicot, Pierre Palmade...) ; son addiction à l'alcool ; les dessous de " l'affaire Allah ", qui coïncide avec une période de creux dans sa carrière ; sa rivalité avec France Gall...
    Un livre qui donne à voir la femme derrière l'artiste.

  • Jean Ferrat est-il en train de devenir une légende ? C'est son histoire, vie et oeuvre mêlées, que Robert Belleret raconte comme il l'avait fait pour Léo Ferré en écrivant " la " biographie de référence (Une vie d'artiste, Actes Sud, 1996). En suivant pas à pas la trajectoire de Jean Tenenbaum, devenu Jean Ferrat, l'un des auteurs-compositeurs-interprètes les plus marquants du demi-siècle écoulé, il s'efforce de ne laisser dans l'ombre aucune des périodes de sa vie, du cocon familial de Versailles à l'épanouissement social et festif d'Antraigues - en passant par Paris et Ivry-sur-Seine - ni aucune des facettes de sa personnalité, aussi complexe qu'attachante, parfois paradoxale. Réservé, voire secret, ce Jean des colères et des émerveillements était aussi un camarade qui aimait rire. Mais pas avec n'importe qui.Sur la déportation de son père joailler, Mnacha Tenenbaum, disparu dans la nuit d'Auschwitz, sur son vécu tourmenté de l'Occupation, ses passions d'adolescent, ses années d'apprentissage et d'études, en chimie, la galère formatrice des cabarets de la rive gauche, la glorieuse épopée de l'artiste de music-hall, censuré à la télévision mais plébiscité par l'audimat, l'auteur engagé et parfois enragé, le compagnon de route, fidèle mais critique, des communistes, l'auteur a recueilli une somme de témoignages et de documents souvent inédits.

  • Pascal Boniface souhaite ici redonner à l'auteur des Anarchistes et de C'est extra toute sa place dans l'histoire de la musique et de la poésie de son temps. Exercice d'admiration, ce livre est aussi une réflexion sur la trajectoire personnelle et les engagements politiques de l'un des plus grands poètes français du xx e siècle.
    " Il faudra réécrire l'histoire littéraire un peu différemment à cause de Léo Ferré ", proclamait Aragon. Auteur-compositeur-interprète d'exception, souvent éclipsé dans la mémoire collective par Brel ou Brassens, Léo Ferré a pourtant écrit quelques-unes des plus belles chansons du répertoire français -
    Avec le temps,
    La Mémoire et la Mer pour les plus connues. Il est aussi celui qui a le plus, et le mieux, mis en musique les autres poètes français, de Baudelaire à Verlaine et Rimbaud, en passant par Apollinaire, Aragon, Rutebeuf et Villon.
    Sa carrière se serait-elle limitée aux années 1950-1960, elle aurait suffi à faire oeuvre. Mais l'histoire de Léo Ferré ne s'arrête pas là : après 68, il renouvelle son répertoire en se produisant avec des groupes de pop, puis dirige des orchestres symphoniques, faisant ainsi découvrir à un jeune public la musique classique. Le chanteur anarchiste connaît alors une véritable renaissance, incarnant beaucoup plus que d'autres l'esprit de la révolte des années 1970.
    Pascal Boniface redonne ici à l'auteur des
    Anarchistes et de
    C'est extra toute sa place dans l'histoire de la musique et de la poésie de son temps. Ce livre est aussi une réflexion sur la trajectoire personnelle et les engagements politiques de l'un des plus grands poètes français du XXe siècle.

  • " Hôtel-casino Barrière, Lille -; 3 h 57
    On est trente, quarante à tout casser, réunis sur le parvis de l'hôtel, il fait froid. Le concert est terminé. Toute la nuit, on a fumé clope sur clope pour se réchauffer, jusqu'à ce qu'un fourgon noir débarque. Doucement je plonge la main dans mon sac à dos et sors le recueil de mes chansons... "
    Pour Boris Lanneau, c'est le début d'une extraordinaire aventure.
    Johnny, en un éclair, s'empare du recueil. Un matin, alors que Boris n'attend plus rien, un coup de fil le réveille : la star a aimé ses chansons, il en a choisi une,
    Tomber encore, et l'a enregistrée. La dernière du rockeur, la première écrite par un fan.
    Ce livre est le récit d'un petit miracle. Derrière la chanson défile la vie d'un amoureux des mots à qui Johnny apporte une force infinie.
    C'est aussi l'histoire bouleversante d'un fils et d'un père qui peinent à se dire les choses, sauf quand ils parlent de leur idole...
    Le livre de tous les rêves. De tous les possibles.Le plus bel hommage que l'on pouvait rendre à Johnny.

empty