Bruit Blanc

  • A travers les 17 nouvelles qui composent ce recueil, Daniel Boudier explore l'existence secrète des êtres et les grands thèmes de notre société tels que l'abandon, la perte, le deuil, l'homosexualité, la solitude urbaine, l'identité, la célébrité... Avec force référence au cinéma et à ses figures mythiques.
    « Mademoiselle,




    Toute ma vie, vous avez été là.





    Les années ont passé. Mes goûts ont changé. Mes envies ont évolué. Mes désirs se sont transformés.





    Des actrices sont apparues. Certaines m'ont touché. D'autres m'ont déçu. Certaines sont toujours présentes. D'autres se sont évaporées.





    Et vous, Mademoiselle, vous êtes toujours là. Vous serez toujours là.





    Je resterai toujours fidèle à une actrice rare, unique et exemplaire.





    Je vous admirerai jusqu'à mon dernier souffle...»

    Iad
    Recherche doudou
    Mon père ce héros
    Terre neuve
    Bosphore Bridge
    Lavomatique
    Cinémonde
    Le dernier voyage
    Garance
    Lettre à une actrice
    Le sablier
    Diurne
    L'absente
    Charade
    Marcello
    Blessure
    Vintage
    Daniel Boudier est né un 10 Juin à Vouziers. Il est Chef d'Édition à la Rédaction d'Europe 1. Marcello est son premier ouvrage...

  • Les chambres d'Antoine

    Marie Dubosq

    Je détestais qu'elle reste là.
    Je ne supportais pas qu'elle me regarde, silencieusement, dans l'attente d'une prodigieuse transformation.
    Je ne la supportais pas tout court, à aucun moment, dans aucune attitude ni aucune absence.
    Elle était ma seule vraie douleur.
    Et un jour, je le lui ferai payer.

  • Jeanne L'Etang

    Perrine Le Querrec

    Jeanne L'Étang naît à Paris en 1856.
    Bâtarde, fille de folle, elle passe les premières années de sa vie enfermée dans l'étroit comble d'une maison parisienne.
    Lorsqu'elle s'en échappe, c'est pour être enfermée ailleurs : la maison des folles -la Salpêtrière-, puis la maison close.
    Ces trois maisons délimitent le destin de Jeanne L'Étang : à travers les murs lui parviennent l'agitation parisienne, la guerre de 1870, la Commune, les grands travaux d'Haussmann.
    À l'intérieur des murs, elle rencontrera Degas, l'un de ses amants au bordel, Charcot, maître des hystériques de la Salpêtrière, Freud, son assistant pour quelques mois.
    Folie et luxure, misère et vices, chaque maison possède ses propres codes, son vocabulaire, ses silences, ses issues.
    Mot à mot, année après année, Jeanne L'Etang apprendra à parler ces langues.
    Si Jeanne L'Étang est une fiction, une architecture de mots qui élève autour de son héroïne des murs d'enceinte ou de protection, l'auteur s'est immergée dans les archives de l'Assistance Publique, de la Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie et de la bibliothèque Historique de la Ville de Paris afin de retranscrire au plus près la vie quotidienne de la maison close et de la Salpêtrière.

  • Collège

    Jerome-David Suzat-Plessy

    Jérôme-David Suzat-Plessy, auteur, est aussi connu pour ses activités de compositeur et d'artiste-interprète sous le nom de Cheval Blanc. Collège est son premier recueil.

    « à l'heure où se ferment les cercles





    j'argumente face au soleil





    tandis que se délient les doigts





    et que les rails parallèles



    marquent la fin du voyage
    les intenses regards sont des regards d'aveugles
    les enfers ne s'ajoutent pas
    ton centre est dans la mer




    le mien n'est que nuée »



    En exergue...

    « ...(le) bonheur d'une paix sans victoire... »
    Paul Verlaine
    « Le monde possède déjà le rêve d'un temps dont il doit maintenant posséder la conscience pour le vivre réellement. »
    Guy Debord
    « Je suis sortie du monde grâce à un autre monde ;
    une représentation s'est effacée
    grâce à une représentation plus haute.
    Désormais je vais vers le Repos
    où le temps se repose dans l'Éternité du temps.
    Je vais au Silence. »
    Évangile de Marie

  • Les Nouveaux Monstres, première publication de Marco Caramelli, est un recueil de huit nouvelles, huit portraits d'une société noyée dans un hédonisme exécerbé, étouffée par son manque de buts et de valeurs.
    Dans un Paris contemporain, des personnages se trouvent confrontés à leur médiocrité et à l'impossibilité du bonheur. Une série de tableaux satiriques qui usent d'un style hyperréaliste et donnent alors l'impression d'une connivence ou d'une complaisance vis-à-vis de ces monstres d'un genre nouveau.
    "C'est drôle, méchant, bien observé. L'auteur montre bien l'époque, en saisissant ses tics de langage, ses absurdités, comme la dictature des apparences, et internet qui rend dingue, l'ultramoderne solitude et la misère sexuelle." Frédéric Beigbeder









  • Une demande d'amitié sur facebook d'une ex, ce n'est jamais amusant... surtout quand elle est morte 15 ans plus tôt.

    Clara, jeune journaliste parisienne, file depuis peu le parfait amour avec Gabriel, son voisin. Un soir ce dernier reçoit une étrange invitation sur Facebook : celle d'Aurelie Massoni, sa petite amie lorsqu'il était adolescent et vivait à Marseille. Le problème : Aurélie est morte mystérieusement il y a plus de 15 ans ! Quelques jours plus tard, Gabriel disparaît après avoir envoyé un mail énigma tique à Clara. Persuadée du lien entre cette intrigante demande d'ami et la disparition soudaine de son amoureux, Clara décide de se rendre dans la cité Phocéenne pour le retrouver. La jeune journaliste commence alors une plongée infernale dans le passé de Gabriel. Pourquoi les habitants du quartier sont si réticents à parler du fait divers qui a marqué leur été 1995 ? Que s'est-il passé le soir de la mort d'Aurélie dans ce bar sordide où tous les oiseaux de nuit marseillais se réunissent pour consommer drogues et alcools à outrance ? Entre drames de voisinage, secrets de famille, trahisons et corruptions mafieuses, Clara va vite comprendre que tous les vieux amis de Gabriel ne lui veulent pas que du bien

  • Chansons douces

    Sandrine Villers


    Le célibat dans tous ses états !

    Après avoir quitté l'homme auprès de qui elle s'ennuyait depuis plusieurs années, Delphine Rivière, séduisante chef d'entreprise de trente-neuf ans habitant Levallois-Perret, souhaite refaire sa vie. Comment, quand et avec qui ? Voilà tout le sujet du roman. Si quitter un homme qu'on n'aime plus est chose relativement aisée de nos jours, trouver celui que l'on va aimer, relève du parcours du combattant, alors que les moyens de rencontre ne se sont jamais autant multipliés. S'essayant au speed dating et autres blind dates, sites internet, dîners de célibataires, clubs pour solos, vacances pour adultes, et soirées entre filles, Delphine découvre tout un monde qu'elle ne connaissait pas avec ses codes, ses absurdités et ses imprévus, pour en devenir une experte chevronnée. Brossant avec humour, cruauté et tendresse, le tableau d'un phénomène de société en plein essor, l'auteur décortique les mécanismes de nos paradoxes, où constamment s'entrechoquent la quête de l'amour durable et l'attrait du zapping affectif, la dichotomie entre le réel et le virtuel, la solitude et la multitude.
    Construit comme une compilation de chansons douces internationales, ce livre est aussi et surtout un hymne à l'universalité de l'amour et à sa modernité toujours renouvelée.
    Sandrine Villers est maître de conférences à l'université de Paris 8 où elle enseigne la langue et la culture américaines. Elle a déjà fait paraître un essai, La Société américaine dans le théâtre de Tennessee Williams (2000), et deux romans : Au Paradis goûtu (Le Bord de l'eau, 2001) et New Orleans, Louisiana (2006).

  • Siraen

    Ronan Foll

    Unique espoir de retour vers la surface...

    « Cela faisait maintenant quatre heures que je courais... En fait, j'avais dû courir vingt-cinq minutes et puis, plus rien. Le vide. Trois heures trente d'absence à en juger l'heure qu'affichait ma montre quand j'en actionnai l'éclairage bleuté. Trois heures trente de perte de connaissance. Je cherchais à comprendre... J'avais faim, soif et peur. Je me voyais perdu à peut-être plusieurs dizaines de mètres sous terre, tâtonnant dans des couloirs obscurs, essayant de retrouver la stèle d'Immanence, unique espoir de retour vers la surface. »
    Siræn se situe à la frontière de plusieurs genres littéraires. Si formellement, il s'agit d'une catabase dans les profondeurs de la croûte terrestre, quelque chose cependant sourd au fil de la narration pour progressivement installer une humeur particulière... Véritable pied de nez aux formats et figures imposés, au fantastique convenu, au politiquement correct, au philosophiquement complaisant, au poétiquement obligeant...
    Ronan Foll est un auteur, également compositeur et interprète dont le style tant en terme d'écriture que de composition pourrait être qualifié d'étrange, où à tout le moins, de résolument métamOrphique... Depuis l'enfance, un parcours marginal (le lot des êtres hyper sensibles en principe...) permettra au lecteur également sensible et non barbare, de mieux s'attendrir à l'idée de ce qui motive pareilles vues et pareil imaginaire.

  • Le sang du Goanna

    Dominique Legrand


    « Un thriller vertigineux ! »

    Un Boeing explose en plein vol entre Darwin et Los Angeles.
    Aux Pays-Bas, une discothèque est ravagée par un incendie.
    À la Fenice, une spectatrice s'évanouit pendant une représentation du Macbeth de Verdi.
    Dans un quartier parisien, une femme et son fils disparaissent.
    Michael Briggs, spécialiste américain des catastrophes aériennes, Patty McPherson, enquêtrice écossaise chargée de retrouver les personnes disparues, et David Ballard, cadre français dont l'épouse et le fils semblent avoir été enlevés, sont pris tous les trois dans les fils d'une toile invisible.
    De Paris à Venise, d'Amsterdam à New York, d'Atlanta au désert marocain, ils finiront dans une course-poursuite planétaire, jusqu'au coeur de l'Australie où ils verront... ce qu'il est inconcevable de voir.

  • Stigma

    Marie Dubosq

    « Il m'a étendue sur le lit double d'une des chambres. Je dormais quand nous sommes arrivés à l'hôtel. Il a dû me porter jusque-là, mais je sais que je suis dans la 101 parce que la fenêtre est ouverte et que je reconnais le ciel. Je suis nue, Anton m'a déshabillée. J'attends un peu. Ce n'est pas moi qui me suis planté une fourchette dans la main, ce n'est pas moi qui me suis sectionné une artère ou je ne sais quoi. Ce n'est pas moi qui suis folle. »
    Stigma (anglais, nom masc.)
    Marque que laisse une plaie.Marque au fer rouge qu'on imprimait autrefois sur l'épaule.
    Marque d'infamie.
    On nomme stigma du grec (signifiant « piqûre »), une ancienne ligature de l'alphabet grec qui ne s'est conservée dans l'écriture actuelle que parce qu'elle sert à la numération alphabétique milésienne, où elle vaut 6.
    Auteure du voyage et de l'imagination, de la distorsion, du mélange des genres, Marie Dubosq se passionne pour la construction formelle de ses histoires, elle croit en l'ambiguïté du genre humain, s'attache à démêler sa complexité, à instaurer des climats, à surprendre. Ses récits se placent curieusement à la croisée des genres, la poésie et le thriller, la saga et le roman noir, le fait divers et l'autobiographie.
    Son premier roman Les chambres d'Antoine, aux éditions Bruit Blanc est lauréat du Festival du Premier Roman de Chambéry 2012.

  • In memoriam N.K.

    Dominique Legrand


    « Parfois, j'imagine que Nicodemus Krapstick n'a jamais débuté ce fameux film, qu'il a lancé une rumeur, savamment mise en place, et que tout le monde a plongé. A l'annonce du projet, les critiques cinématographiques du monde entier n'y croyaient pas. D'ailleurs, personne n'y croyait. Vingt ans que cet artiste entretenait le mythe d'une hypothétique sixième oeuvre. Et brusquement, le désir se matérialisait, prenait racine dans les esprits et dans les âmes. Le film était attendu, comme sans doute aucun autre film n'avait jamais été attendu dans l'Histoire du Cinéma. Je me prends à penser que mon existence entière se justifie par ce seul moment, que rien d'aussi fort ne l'a remplie. Krapstick m'a happé avec ses films précédents, il m'a peu à peu attiré dans sa toile de celluloïd. J'ai cru que je m'en sortirais indemne. Je me croyais libre de mes mouvements, mais paradoxalement j'étais attaché, sans pouvoir me défaire de cette emprise. »

    In memoriam N.K. entraîne le lecteur dans une intrigue fascinante, une obsession troublante pour un cinéaste secret et son oeuvre mystérieuse.

    Après des études littéraires et une maîtrise de Cinéma sur Brian De Palma soutenue à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, il écrit plusieurs articles pour Libération, La Revue du cinéma et Mad Movies.
    En 1995, il signe un ouvrage de référence sur Brian De Palma, le premier en France à être consacré au réalisateur américain, et qui est réédité en 2010.
    Depuis, il partage son écriture entre thrillers, romans pour la jeunesse et études cinématographiques, publiés chez divers éditeurs.
    * 2011 : In memoriam N.K. (roman) ; Bruit Blanc.
    * 2010 : Déserteurs (roman) ; Nouveau Monde Éditions.
    * 2010 : Un amour sous la Terreur (roman) ; Oskar Éditions.
    * 2009 : David Fincher, explorateur de nos angoisses ; Éditions du Cerf, Collection 7ème art.
    * 2003 : Le Point de Connexion (roman) ; Éditions Anne Carrière.
    * 1999 : Rouge New York (roman) ; Atout Éditions.
    * 1998 : Décorum, Journal d'Alexandre Davos, assassin (roman) ; Atout Éditions (réédition chez Babel Noir / Actes Sud en 2001).
    * 1995 : Brian De Palma, le rebelle manipulateur ; Éditions du Cerf, Collection 7ème art. (réédition en 2010).

  • Vibrato

    Marie Dubosq

    « Aujourd'hui, j'ai fait l'amour en buvant du champagne avec un homme d'âge mûr. Cultivé aussi, il m'a parlé du Japon. Quelqu'un est venu qui n'était pas très en forme, alors il lui a offert une coupe. Il m'arrive des choses consternantes parfois dans le métro. A vous aussi, je le sais. Dans trois minutes, l'eau atteindra mes pieds. Heureusement, mon sac est perché sur son siège orange. »
    Dans ses 14 nouvelles, Marie Dubosq nous plonge dans l'univers du métro parisien. Nous y croisons des touristes russes, une sans domicile fixe, un guerrier, trois Mexicains, des raies manta... 14 nouvelles, 14 lignes de métro, autant de rencontres, d'histoires d'amour souterraines, de voyages dans le temps.

empty