Grasset

  • Le premier amour

    Véronique Olmi

    • Grasset
    • 6 Janvier 2010

    Cette histoire d´amour s´ouvre étrangement : une femme, qui prépare un charmant dîner pour fêter son anniversaire de mariage, descend dans sa cave pour y chercher une bouteille de vin. Celle-ci est enveloppée dans un vieux journal où figure une petite annonce - qu´elle lit. Aussitôt, elle remonte chez elle, éteint son four, prend sa voiture, et s´en va... Qu´y avait-il donc dans cette petite annonce ? Pourquoi cette fuite ? On l´apprendra au fil du roman, un très beau et très poignant roman où les saveurs de l´enfance se mêlent au désarroi des adultes...
    L´héroïne de ce livre arrivera bientôt à Gênes, en Italie. Dans une belle maison, l´attend une femme - et un homme qui, semble-t-il, a perdu la mémoire. A moins qu´il ait choisi de seulement se taire... Flash-back : cet homme (très beau, très poétique) a été, longtemps avant, le « premier amour » de la narratrice. Puis, à la suite d´un épisode qui ne sera révélé qu´à la fin, il a choisi de devenir amnésique. Son épouse, soucieuse de raviver sa mémoire morte, et sachant qu´il avait aimé la narratrice, a fait publier cette petite annonce destinée à confronter son époux à un cher souvenir d´enfance. Cette ruse suffira-t-elle ? Et pourquoi cet homme, béni par la vie, a-t-il ainsi choisi de se murer en lui-même ? Dans ce roman, tissé de passé, et dont l´intrigue est haletante, Véronique Olmi brasse la plupart des thèmes qui lui sont chers : l´amour, la folie, les chansons, la fidélité des sentiments, l´ineffaçable empreinte des premiers émois. Elle atteint, avec ce livre, le sommet de son art romanesque.

  • Cet été-là

    Véronique Olmi

    • Grasset
    • 5 Janvier 2011

    Comme chaque année, trois couples d'amis passent le 14 Juillet au bord de la mer, en Normandie. C'est un rite immuable et léger. Une parenthèse joyeuse.
    Cet été-là, pourtant, un adolescent inconnu surgit et s'immisce dans leur petit groupe pour raviver, peut-être malgré lui, des culpabilités anciennes, des blessures, des secrets. En quelques jours, le destin de ces êtres va basculer.
    Cet été-là est un roman sur la fragilité des existences que l'on voudrait heureuses - mais dont les failles se creusent au rythme des mensonges et des compromis. C'est un roman vrai sur la solitude, lorsque le temps a passé, lorsque la lucidité a remplacé l'insouciance, et les doutes la jeunesse. Etre un homme. Etre une femme. Sait-on seulement ce que c'est ? Et comment l'on y parvient ?

  • La promenade des russes

    Véronique Olmi

    • Grasset
    • 3 Septembre 2008

    L´héroïne de ce roman est une très jeune fille, Sonia, qui vit à Nice avec sa grand-mère russe. Comme toutes les « babouchkas » de la Côte d´Azur (lieu d´exil favori des Russes blancs après la Révolution d´octobre), celle-ci se partage entre samovars, rêveries et nostalgie du « paradis perdu ». De fait, la petite Sonia ne sait pas vraiment à quel monde elle appartient : celui de sa réalité quotidienne, avec une mer trop bleue et les commerçants de la vieille ville ? Ou celui de ses songes, orchestrés par sa babouchka, avec ses neiges étincelantes et ses fastes tsaristes ? Prudente, elle s´est donc réfugiée dans un imaginaire très personnalisé où l´on retrouve les héroïnes romanesques de Daphné du Maurier et le « Mystère Anastasia » - cette jeune princesse qui, dit-on, échappa au massacre de la famille impériale...


    On suit ainsi son éducation sentimentale et morale entre deux mondes distincts. Il y a là le pittoresque du midi et le tourment slave ; des odeurs mêlées d´ail et de thé ; des douleurs causées par une mère absente et des remèdes imaginés par une grand-mère qui, pour survivre, adore (se) mentir à elle-même et aux autres...



    Roman d´atmosphère et de sensation, variation sur le thème de la vérité, de l´histoire, des sentiments, Dis-moi la vérité est porté avec grâce par la prose précise et douce de Véronique Olmi qui, avec ce nouveau roman, ruse habilement avec sa propre biographie.

empty