Honore De Balzac

  • À première vue, cela semble rassembler le Bon, la Brute et le Truand : le père Goriot qui se sacrifie pour ses deux filles, Rastignac qui ne pense qu'à devenir un personnage important et Vautrin qui cache sous ses cheveux teints le visage d'un bagnard... Mais Balzac rend ces personnages plus complexes, et donc plus attachants. Entrez dans la pension Vauquer, ils sont tous là.

    Au fil du roman :
    o 2 analyses de texte
    o 1 commentaire de texte

    Le dossier est composé de 8 chapitres :
    1 - Histoire littéraire : Le réalisme
    - 2 Balzac et son temps
    3 - Présentation du Père Goriot
    4 - Les mots importants du Père Goriot (éducation ; passion : mariage ; boue/crotte)
    5 - La grammaire
    6 - Groupement de textes : les relations père-fille dans le roman :
    Émile Zola, L'Assommoir
    Guy de Maupassant, Une vie
    Annie Ernaux, La Place
    Marie NDiaye, Trois femmes puissantes
    Texte d'opinion : Louise Hernant, 'Peut-on être traître à sa classe sociale?'
    7 - Prolongements artistiques et culturels
    8 - Exercices d'appropriation.

  • Tenu pour mort à la bataille d'Eylau, le colonel Chabert rentre chez lui après des années d'errance et de souffrance. Mais aux yeux du monde, il n'existe plus. Sa femme, héritière de sa fortune, est remariée et mère de deux enfants ; sa maison a été démolie ; la rue même où il vivait a été débaptisée : l'Empire a cédé la place à la Restauration...
    Dépossédé de ses biens comme de son nom, l'ancien héros des guerres napoléoniennes se lance à coeur perdu dans une dernière bataille, pour recouvrer son identité. Y parviendra-t-il? Le Colonel Chabert (1829) est l'histoire tragique d'un homme incarnant les restes sublimes d'une époque révolue.

    Dossier :
    1. Le roman et ses personnages selon Balzac
    2. Rêves de batailles
    3. Guerre et littérature au XIXe siècle : Stendhal, Hugo, Maupassant
    4. Le Colonel Chabert au cinéma.

  • La peau de chagrin

    Honoré de Balzac

    Chez un marchand de curiosités, Raphaël déniche un étrange talisman : une peau de chagrin qui accomplit tous les désirs mais rétrécit un peu plus à chaque souhait, en même temps que diminue le nombre de jours qui restent à vivre à son possesseur.
    Voulant illustrer l'axiome selon lequel « la vie décroît en raison directe de la puissance des désirs ou de la dissipation des idées », Balzac a écrit avec La Peau de chagrin un roman hanté par le spectre de la dilapidation et de la dislocation : hantise de l'usure du corps et de la dépense sexuelle, hantise de la dispersion de l'intelligence et de l'égarement des esprits, hantise encore de la perte du sens politique et des repères philosophiques.

  • Édition enrichie de Jacques Noiray comportant une préface et un dossier sur l'oeuvre. Grandet est le prince des avares : il jouit en secret de son or tandis qu'il tyrannise sa famille en l'entretenant dans la pauvreté. Mais c'est aussi un héros de la finance, un spéculateur moderne. Seul point faible dans ce caractère de bronze : l'amour pour sa fille. Amoureuse de son cousin Charles, jeune élégant ambitieux, Eugénie est prise entre passion et amour paternel, désir et devoir. La fatalité va la priver de l'amour et la contraindre à ne s'occuper que d'argent. Telle est la destinée tragique de la belle héritière, qui voit ses sentiments pervertis par l'avidité des hommes. Eugénie Grandet est le grand roman de l'argent qui corrompt tout. Satire des moeurs de province, cette comédie noire est aussi l'histoire d'une femme sincère et fidèle, dans un monde qui ne l'est pas.

  • À la demande de la comtesse Natalie de Manerville, dont il est épris, Félix de Vandenesse relate sa première passion, celle qui le lia, dans sa jeunesse, à la vertueuse Henriette de Mortsauf. Mais peut-on sans conséquence raconter un amour passé, fût-il platonique, à l´être qu´on aime ?
    Ainsi que l´écrit Catherine Millet : « Je tire de ce récit une morale qui ne pourrait que décevoir une personne comme Félix, jeune et amoureuse [...]. Dans une relation d´amour, il est absolument illusoire, pour ne pas dire naïf, de vouloir être transparent l´un à l´autre. » Roman des plaisirs interdits et du désir réfréné, Le Lys dans la vallée est aussi, de tous les récits de Balzac, l´un des plus lyriques et des plus désabusés.

  • « L'oeuvre et l'exécution tuées par la trop grande abondance du principe créateur » : telle est, selon Balzac, l'idée commune aux trois Études philosophiques que sont Le Chef-d'oeuvre inconnu, Gambara et Massimilla Doni.
    Au début du XVIIe siècle, le peintre visionnaire Frenhofer est hanté par sa pièce maîtresse, La Belle Noiseuse, à laquelle il travaille depuis dix ans, et que nul n'a jamais vue : Nicolas Poussin lui propose un modèle féminin susceptible de lui inspirer la perfection qu'il veut atteindre (Le Chef-d'oeuvre inconnu). La même quête d'absolu anime le héros de Gambara, compositeur à la recherche du « principe musical » situé au-delà de toute réalisation, et dont la folie n'a d'égale que l'impuissance du ténor Emilio dans Massimilla Doni, récit à la gloire de Venise et de l'opéra italien.
    Comme l'écrivait Balzac en 1839, le lecteur de ces trois « contes artistes » apprendra avant tout « par quelles lois arrive le suicide de l'art ».

  • La Cousine Bette est le rcit d'une vengeance implacable, celle d'une vieille fille, Lisbeth Fischer, qui travaille la destruction systmatique d'une famille - sa famille. Le poison de jalousie et de haine qu'elle distille rpand autour d'elle son venin mortifre ; la toile arachnenne qu'elle tisse empige ceux qui ont ouvert la bote de Pandore de ses passions contraries. Nul ne sortira indemne de ce thriller raliste, pas mme le lecteur de Balzac, plong dans un monde gangren par la bassesse humaine et le pouvoir de l'argent. La Cousine Bette prendra place ct de mes grandes oeuvres , prophtisait Balzac en 1846. La postrit lui donne raison : premier volet du diptyque des Parents pauvres, ce rcit noir de jais est l'une des cimes de la cration romanesque du xixe sicle.

  • "Impression en « gros caractères » et version numérique téléchargeable gratuitement à partir du livre.
    Extrait des Illusions perdues : « En regardant ces jolies bagatelles que Lucien ne soupçonnait pas, le monde des superfluités nécessaires lui apparut, et il frissonna en pensant qu'il fallait un capital énorme pour exercer l'état de joli garçon ! Plus il admirait ces jeunes gens à l'air heureux et dégagé, plus il avait conscience de son air étrange, l'air d'un homme qui ignore où aboutit le chemin qu'il suit »"

  • Paris, juillet 1815. Ginevra di Piombo, beauté altière de vingt-cinq ans, étudie la peinture dans le réputé atelier Servin. Jalousée par les autres élèves, constamment épiée, elle est quant à elle tout entière à son chevalet. Un bruit, un jour, dans le cabinet adjacent, retient pourtant son attention. Un jeune proscrit, Luigi, napoléonien et corse comme elle, y est caché. S'ouvre alors une histoire passionnelle où se mêlera à leur amour fou l'ombre d'une terrible vendetta.
    "Ginevra était entière dans ses volontés, vindicative, emportée comme Bartholoméo l'avait été pendant sa jeunesse. Le Corse se complut à développer ces sentiments sauvages dans le coeur
    de sa fille, absolument comme un lion apprend à ses lionceaux à fondre sur leur proie."

  • Dans une petite ville de province, Rose-Marie Cormon, vieille fille de quarante-deux ans, riche héritière, cherche à tout prix à se marier avant qu'il soit trop tard. Hésitant entre deux prétendants, incarnations politiques de l'ancienne France - le chevalier de Valois (vieux royaliste, coquet, sans le sou) et du Bousquier (libéral enrichi sous la République comme sous la Restauration) -, elle ignore qu'ils en veulent davantage à sa fortune qu'à sa vertu. Toute la ville guette son choix. Plutôt que de se plier aux règles du jeu social, aurait-elle dû rester vieille fille?
    Les célibataires font partie des types humains qui fascinèrent Balzac. Par son choix initial du célibat, l'héroïne se met en marge de la société, concentrant sur elle toutes les méfiances et toutes les jalousies. Comment intégrer un monde qui nous rejette? De déception en déception, ce roman tragi-comique raconte une nouvelle histoire d'illusions perdues. Balzac s'y montre féroce, impitoyable sur la bassesse de chacun et la médiocrité de tous, dans une société vivant en vase clos, qui a perdu le sens de l'histoire et le respect de l'humanité.
    Un chef-d'oeuvre d'humour noir paru en 1837, qui garde intacte sa puissance corrosive.

  • Édition de Jean-Yves Tadié.

    La femme de trente ans, qui est-elle? Mariée, elle est au sommet de sa vie, car c'est là qu'elle prend sa liberté, c'est-à-dire un amant, ce dont Balzac la félicite, mais que la société punit cruellement. Voici donc l'un des romans les plus engagés de Balzac, dans lequel il dénonce la condition des femmes, mariées à des hommes dont elles découvrent trop tard les défauts, et vieilles déjà à la moitié de leur vie. L'auteur constate l'échec du mariage d'amour et, avec ces enfants nés sans amour, l'échec de la maternité. Cette histoire sombre, où la sexualité joue un rôle étonnamment moderne, est traitée avec une grande liberté de ton : le roman historique croise le roman-feuilleton, et jusqu'aux histoires de pirates. C'est aussi un véritable essai, où la peinture psychologique mène à la revendication politique et sociale. À rebours d'une politique des âges de la vie figée, Balzac montre qu'à tout âge la femme a le droit d'aimer et d'être aimée, même en dehors du mariage, et d'être reconnue par la société pas seulement comme épouse et mère, mais comme femme.

  • Ce roman en quatre parties classé parmi les«Scènes de la vie parisienne», est l'un des monuments de la«Comédie humaine». Il narre les aventures de Lucien de Rubempré qui se lie d'amitié avec Esther, une courtisane au bord du suicide et de Vautrin, forçat génial et machiavélique, maître dans l'art des changements d'identités.

  • La marquise prétend que son mari est fou, mais le juge Popinot perçoit, dans cette femme apparemment éplorée, une calculatrice sans scrupule et prête à tout.
    Après avoir soigneusement enquêté, Popinot s´apprête à faire un rapport qui n´est pas favorable à la plaignante lorsque la marquise le fait dessaisir du dossier qui est repris par le juge Camusot.

  • Pons est un brave homme qui dépense ses maigres rentes à collectionner des tableaux et autres objets d'art. Lorsque ses riches cousins, qui ont pour lui le plus grand mépris, découvrent la valeur de la collection qu'il a mis des années à constituer, ils sont prêts à toutes les scélératesses pour mettre la main sur ce trésor... Roman noir où se déploient dans leur hideur un univers cruel, une jungle hantée par des fauves inquiétants, Le Cousin Pons nous présente un monde criminel du salon à la loge de concierge.

  • Dans une auberge au bord du Rhin sont réunis par le hasard deux jeunes Français et un riche négociant allemand qui passent une agréable soirée avant d'aller se coucher. Au petit matin, on retrouve le négociant décapité... Dans les brumes de l'Allemagne romantique, l'inspecteur Balzac mène l'enquête !

  • Balzac a inventé l'argent moderne. Pas celui qu'on convoite ou qu'on amasse, mais cet organisme vivant qui circule et occupe la vie quotidienne, qui détermine les relations personnelles et donne à la société sa dynamique. Dans ces cinq récits, hommes et femmes, riches ou pauvres, tour à tour créanciers et débiteurs, s'égarent dans les miroitements de l'argent, entre passion et déraison financières. Objet d'une quête épique, l'argent bâtit les fortunes et fait tourner le monde. Mais il détruit aussi toute humanité. Entre dénonciation et fascination, Balzac raconte ici la naissance de la société capitaliste qui est la nôtre.

  • Les Chouans

    Honoré de Balzac

    1799, fin du Directoire. Dans une Bretagne empreinte de traditions, le marquis de Montauran, surnommé « le Gars », coalise des paysans royalistes en vue de rétablir la monarchie. Afin d'éradiquer cette oppo-sition chouanne, le ministre Fouché envoie Marie de Verneuil lui tendre un piège. Mais la belle espionne va tomber amou¬reuse de celui qui aurait dû être son pire ennemi...
    Avec Les Chouans, à la fois roman historique à la Walter Scott et roman d'amour, Balzac signe le premier grand texte de La Comédie humaine. Il y décrit la France instable de la Révolution et s'applique autant à restituer l'ambiance d'une époque que les paysages de landes désolées, où de frustes paysans s'allient à des aristocrates frondeurs pour défendre des coutumes ancestrales.

  • Édition enrichie d'Adrien Goetz comportant une préface et un dossier sur l'oeuvre. Ce volume rassemble, autour du Chef-d'oeuvre inconnu, six autres nouvelles. Elles ont été choisies parce qu'elles traitent de la peinture, ou qu'elles ont une valeur picturale particulière, qu'elles sont "colorées". Dans Le Chef-d'oeuvre inconnu, le vieux maître Frenhofer met dix ans à terminer son tableau ; lorsqu'il le montre enfin, ses amis n'y voient que chaos. Le peintre en meurt. Pierre Grassou est, au contraire, un peintre sans talent, humble et touchant, dont s'engoue une famille bourgeoise. Facino Cane évoque le personnage mystérieux d'un clarinettiste aveugle, qui entraîne le héros à Venise. Dans L'Elixir de longue vie, L'Auberge rouge, Maître Cornélius, Un drame au bord de la mer, on devine l'influence de Delacroix. Dans l'ensemble du volume, on trouvera donc à la fois une esthétique et des aventures romanesques. C'est l'oeil de Balzac visionnaire qui brille dans ces sept beaux récits : le premier est célèbre, les autres méritent de le devenir.

  • Adieu

    Honoré de Balzac

    Le récit se déroule sur deux plans : le présent du personnage principal, Philippe de Sucy, de son compagnon le marquis d´Albon et de la scène dont ils sont témoins : l´apparition de la comtesse Stéphanie de Vandières sous les frondaisons d´une part (1819) et le retour en arrière sur un épisode de la retraite de Russie des troupes impériales, en 1812, lors du passage de la Bérézina où cette même comtesse et le baron de Sucy vont être séparés de façon tragique.

  • Monsieur Guillaume, marchand drapier, successeur de Monsieur Chevrel et ami de Jean-Jérôme Cardot, quoique riche et puissant vit dans l´austérité la plus complète, approuvé en cela par son épouse et ses deux filles Augustine et Virginie.
    Cependant ce paisible négoce va être troublé par l´arrivée de Théodore de Sommervieux, aristocrate, peintre, amoureux de la beauté en général, volage, mais voué corps et âme à son art.
    Lorsque l´histoire commence, Théodore est en admiration devant Augustine qui apparaît à la fenêtre d´une vieille maison dans un vieux quartier de Paris. Théodore semble ne plus pouvoir détacher son regard de ce portrait vivant. Éperdument amoureux d´Augustine ou de l´idée qu´il se fait d´elle, il demande sa main et l´épouse malgré les réticences de Monsieur Guillaume, et encore plus de Madame, qui voit d´un mauvais oeil ce changement de classe pour sa fille. À juste titre car, les premiers feux de l´amour passés, Théodore ne trouve plus aucune consistance à sa femme, qui lui paraît fade.
    Théodore a besoin de sensations fortes. Il va les chercher chez une créature cruelle, la duchesse de Carigliano, qu´Augustine vient ensuite supplier de l´aider en lui donnant des recettes de séduction. Mais les conseils de la duchesse n´ont aucun effet sur le comportement d´Augustine, qui dépérit et meurt de chagrin.

  • Sarrasine

    Honoré de Balzac

    La riche famille Lanty organise une fête afin de faire étalage de ses richesses. Le narrateur oppose le côté tumultueux, clinquant et étincelant de la fête à l´hiver, avec ses arbres nus recouverts de neige.

  • Paquita, l'énigmatique « fille aux yeux d'or », subjugue Henri de Marsay. Pour faire la conquête de cette jeune femme retenue captive par une personne dont l'identité reste secrète, il se laisse entraîner dans une intrigue pleine de mystères et de surprises...
    La Fille aux yeux d'or, court récit de Balzac, rapide et rythmé, est plein de péripéties romanesques. Ce beau récit, aux accents exotiques et mystérieux, captivera les élèves. L'étude du texte intégral permettra notamment d'aborder le projet de la Comédie humaine, le roman autour de 1830, la fascination pour l'Orient au XIXe siècle, la représentation de Paris au XIXe siècle, entre réalisme et fantastique, et la figure de la femme fatale.
    Il correspond parfaitement à l'objet d'étude « Le roman et le récit » aux programmes de lycée général et technologique pour les classes de 2de et de 1re.

  • Edition enrichie de Roger Borderie comportant une préface et un dossier sur l'oeuvre.

    Une femme, généreuse et belle comme un ange, soupçonnée d'adultère ; un jeune officier qui se lance dans la plus vaine et maladroite des enquêtes ; un agent de change égaré dans les affres de la passion ; une somme d'argent qu'on n'explique pas ; une société secrète (les Dévorants) dont les membres entendent exercer l'absolutisme de leur bon plaisir ; des duels, des assassinats, des suicides ; une évocation de Vidocq ; le tout sur un fond de ville monstre - Paris - gigantesque théâtre des fièvres de la Restauration : tout Balzac est déjà dans Ferragus qui apparaît comme l'une des étapes essentielles du grand oeuvre, l'un des romans fondateurs de ce qui deviendra La Comédie humaine.

  • "Une analyse politique supérieure à tout ce qu'on peut citer dans la littérature" (Alain), "l'histoire en déshabillé" du Consulat et de l'Empire, un complot de Fouché, Napoléon à Iéna et le premier roman policier de la littérature française.

empty