Alexandre Le Grand

  • Alexandre le Grand

    Maurice Druon

    Dans la lignée des Mémoires de Zeus, Alexandre le Grand fait partie des oeuvres les plus importantes de Maurice Druon.
    Il s'agit du récit détaillé du destin de cette figure historique majeure de la Grèce antique, qui a révolutionné son temps. Romancée par moments, l'oeuvre bénéficie d'un travail de recherche historique méticuleux (inspirée d'historiens comme Plutarque), marque de fabrique de Maurice Druon, membre de l'Académie française. Le roman est ainsi enrichi de plus de cinquante notes qui apportent des commentaires précieux sur le parcours d'Alexandre le Grand, n'ayant rien à envier aux héros mythiques des grandes épopées.

  • Alexandre le Grand

    Pierre Briant

    Ce livre n'est pas une biographie d'Alexandre le Grand (356-323 av. J.-C.), figure historique célèbre pour ses conquêtes et l'empire qu'il parvint à édifier. À travers le sort de ce personnage fascinant qui régna sur trois continents, des questions plus générales se posent : quelle est l'origine de la domination d'Alexandre ? Comment comprendre ses objectifs ? Quelle était la situation de l'adversaire, l'empire perse-achéménide, et quelles résistances la conquête y a-t-elle suscitées ? Comment, enfin, l'empire s'est-il organisé, avec quels rapports entre les conquérants et les populations conquises ? Car, au-delà de la seule personne d'Alexandre le Grand, c'est un véritable phénomène historique que cet ouvrage analyse et dont il met en relief les principaux caractères.

  • Quatre cents ans avant Jésus-Christ. Sparte l'orgueilleuse, la cité guerrière, célèbre ses victoires... et plus personne n'écoute les oracles.
    Pourtant les présages se multiplient. Une guerre se prépare. Plus terrible que toutes celles qui ensanglanteront jamais la Grèce, elle mettra en jeu le sort de l'humanité.
    Le Dieu Noir s'est éveillé, il patiente dans l'ombre. Lorsqu'il prendra forme humaine, le mal déferlera sur le monde.
    Mais il reste un ultime espoir. Qui en sera porteur ? Xénophon, le glorieux général athénien ? Tamis, la sombre prêtresse qui manipule les fils de la destinée ? Ou Parménion, ce jeune sang-mêlé qui ose tenir tête aux descendants des rois...

    Saga en deux tomes : Le Lion de Macédoine et Le Prince noir. Un roman historique et fantastique à la fois qui parle d'un jeune guerrier sparte, manipulé par les dieux qui devient l'ennemi juré de ses compatriotes.

  • Deux âmes pour un seul corps, ombre et lumière... Telle est la malédiction du prince Alexandre, qui doit lutter pour ne pas succomber à l'Esprit du chaos, comme a déjà succombé son père Philippe de Macédoine. Lancés à sa recherche après son enlèvement par les serviteurs du Dieu noir, le général Parménion et l'assassin Attalos poursuivent leur quête jusqu'au royaume des dieux et des héros...

    Saga en deux tomes : Le Lion de Macédoine et Le Prince noir. Un roman historique et fantastique à la fois qui parle d'un jeune guerrier sparte, manipulé par les dieux qui devient l'ennemi juré de ses compatriotes.

  • Est-il encore nécessaire et utile de parler d'Alexandre le Grand - dira-t-on peut-être -, alors même que le rythme et l'ampleur des publications qui lui sont consacrées paraissent incontrôlables ?

    André Aymard, l'un des plus perspicaces parmi les historiens de l'Antiquité, eut en 1953 une formule lapidaire : "Alexandre ne manque pas d'historiens, et ceux-ci ne manquent pas d'Alexandres." Le moment est venu, non pas tant de faire un bilan des connaissances que de proposer une réflexion sur les manières variées et contradictoires selon lesquelles, au cours des siècles, de l'Islande à Java, ont été échafaudées, contestées, déconstruites et reconstruites les images et interprétations sur lesquelles les historiens continuent de se disputer et leurs lecteurs de rêver.

    On ne sera donc pas désarçonné de voir fleurir, dans cette analyse critique des lieux communs et de leurs usages selon les époques, des entrées telles que "Croisade", "Mission civilisatrice", "Sikandar", "Maison de Bourgogne" ou "Chute de Constantinople", "Heavy Metal", "Mali", "Maudit Aliksandar" ou encore "Napoléon". Chacune traite de la mémoire d'Alexandre et de ses différentes strates, manifestations et instrumentalisations au cours des siècles, d'Est en Ouest et du Couchant au Levant.

  • S´appuyant sur les récits antiques de Plutarque comme de Diodoro, l´auteur nous livre une passionnante reconstitution historique de l´époque. Il entraîne le lecteur dans un périple haletant qui commence dans la chaleur de Babylone où Alexandre meurt en 323 avant Jésus-Christ, à l´âge de 33 ans, de retour d´Inde. Les avis sur le lieu où se trouverait le mausolée d´Alexandre divergent. Selon Diodoro, un sarcophage en or massif martelé, cerclé de quatre sangles, tiré par des mules, aurait transporté son corps jusqu´à l´oasis de Siwa, dans le désert égyptien. Pour Pausania, sa sépulture se trouverait à Ege, en Macédoine. Selon Ptolémée, compagnon de route d´Alexandre, il aurait été inhumé à Alexandrie. Une partie de la ville ayant été immergée, le monument pourrait se trouver là. Ce livre d´histoire, qui se lit comme un roman, est fondé sur des données rigoureusement scientifiques.  Traduit de l´italien par Giulio Minghini

  • Pratiquement inconnu jusqu'alors sur les registres de l'Histoire, le peuple perse, depuis sa base de l'Iran méridional (Fàrs), se lance vers 550 av. J.-C. dans une aventure prodigieuse qui, sous la conduite de Cyrus le Grand et de ses successeurs, va aboutir à la création d'un empire immense entre Asie centrale et Haute-Egypte, entre Indus et Danube. L'Empire perse ou Empire achéménide (du nom de la dynastie régnante) a rassemblé en son sein des pays, des peuples, des langues et des cultures d'une diversité prodigieuse. Cette conquête des pays du Moyen-Orient a causé un bouleversement dans l'histoire du monde: pour la première fois, un Etat unitaire aussi vaste que le futur Empire romain voit le jour et se développe durant plus de deux siècles (550-330). Cette histoire se poursuit jusqu'à la mort d'Alexandre le Grand (323) qui, du point de vue géopolitique, est en quelque sorte " le dernier des Achéménides ". Aujourd'hui encore les terrasses, palais, reliefs, peintures et briques émaillées de Pasargades, Persépolis et Suse, les impressionnantes tombes royales de Naqsi-Rustam, la statue monumentale de Darius le Grand, tout vient rappeler au visiteur abasourdi la puissance et le luxe inouïs des Grands Rois et de leurs Fidèles. Longtemps reléguée dans une ombre épaisse par le prestige conjugué de l'" Orient millénaire " et de la " Grèce éternelle " dont elle était exclue, l'histoire achéménide a reçu une impulsion entièrement nouvelle au cours des vingt dernières années. Débarrassée des oripeaux de la " décadence orientale " et de la " stagnation asiatique ", la recherche a également bénéficié de découvertes documentaires décisives dont le nombre n'a cessé de croître, qu'il s'agisse de textes ou de vestiges archéologiques, numismatiques ou bien iconographiques. C'est cette documentation immense et diversifiée que le livre met entre les mains du lecteur: les multiples citations de documents écrits et insertions d'images permettent de suivre l'auteur dans sa démarche d'historien qui, à travers l'espace et le temps, cherche à comprendre comment naît, se développe et sombre un tel empire. Construit sur ces piliers documentaires, nourri par des discussions qui ne masquent pas les interrogations persistantes, clairement articulé autour de chapitres-bilans, ce livre sans précédent ni équivalent offre aussi le minutieux exposé des divergences interprétatives et des hypothèses alternatives, une bibliographie exhaustive et un index très développé. Il s'adresse aussi bien aux historiens, sociologues et anthropologues qu'au lecteur passionné de recherches historiques et de vastes espaces. Pierre Briant, professeur d'histoire de l'Antiquité à l'université de Toulouse-II Le Mirail, est spécialiste de l'histoire du Moyen-Orient à l'époque de la domination perse et des conquêtes d'Alexandre. Il est notamment l'auteur d'Alexandre le Grand (1994), d'Etat et pasteurs au Moyen-Orient ancien (1982), de Rois, tributs et paysans (1982) et de Darius, les Perses et l'Empire(1992).

  • Alexandre le Grand va mourir. Qui lui succédera à la tête du royaume ? Qui perpétuera linsatiable esprit de conquête qui la animé ? Qui saura apaiser son âme ? Pour incarner cette figure héroïque, Laurent Gaudé renoue avec le souffle épique qui a fait le succès de La Mort du roi Tsongor (Prix des libraires, prix Goncourt des lycéens).

  • Ce volume offre une nouvelle traduction française de deux textes majeurs de l'historien grec Arrien de Nicomédie (actif sous Hadrien, qui régna de 117 à 138). L'Art tactique d'Arrien, qui n'avait pas fait l'objet d'une traduction française depuis 1758, est un manuel militaire composé de deux parties, la première étant destinée à enseigner au lecteur de quelles unités se composent les armées de l'âge hellénistique, et quelles manoeuvres les phalanges ou les cavaliers sont susceptibles de devoir exécuter dans toutes les circonstances que peut offrir un combat. La seconde partie offre au lecteur une description saisissante des exercices pratiqués par la cavalerie romaine de son temps. L'Histoire de la Succession d'Alexandre, quant à elle, était un vaste ensemble historique composé de dix livres, qui racontait avec abondance de détails les trois années qui suivirent la mort du Conquérant à Babylone en juin 323. Elle embrassait la première guerre des Diadoques et allait jusqu'aux événements de l'hiver 320/319. Cette oeuvre n'est plus aujourd'hui connue que par un résumé byzantin du IXe siècle (fait par le patriarche Photios), et trois passages non résumés nous sont livrés par un témoin papyrologique et deux témoins médiévaux. C'est la première fois en France que ces témoignages sont réunis dans un même volume.

  • Pour atteindre le bonheur, tout est question d'attitude. Sur l'avis des autres, la richesse, la chance ou la mort, nous n'avons pas de prise. C'est donc aux opérations de l'âme qu'il faut accorder tous nos soins, et apprendre à jouir des choses matérielles sans nous y attacher. Désirer que les choses arrivent comme elles arrivent, voilà la clef pour Épictète. En illustrant cette voie de manière concrète, il expose avec simplicité et sagesse une manière différente de voir le monde, qui affranchit l'homme des angoisses et des préoccupations de sa condition.
    Compilé par Arrien, le Manuel est suivi de morceaux choisis parmi les Entretiens avec ce même disciple : « À ceux qui craignent la pauvreté », « Contre les gens querelleurs et méchants » ou « Pour ceux qui parlent trop aisément d'eux-mêmes »...

  • Cette oeuvre, qui est à la fois roman, histoire, poésie, a été saluée par la critique française et mondiale comme un événement littéraire. En imaginant les Mémoires d'un grand empereur romain, l'auteur a voulu "refaire du dedans ce que les archéologues du XIXe siècle ont fait du dehors". Jugeant sans complaisance sa vie d'homme et son oeuvre politique, Hadrien n'ignore pas que Rome, malgré sa grandeur, finira un jour par périr, mais son réalisme romain et son humanisme hérité des Grecs lui font sentir l'importance de penser et de servir jusqu'au bout.

    "... Je me sentais responsable de la beauté du monde", dit ce héros dont les problèmes sont ceux de l'homme de tous les temps : les dangers mortels qui du dedans et du dehors confrontent les civilisations, la quête d'un accord harmonieux entre le bonheur et la "discipline auguste", entre l'intelligence et la volonté.

  • Cette oeuvre est à la fois roman, histoire et poésie. En imaginant les Mémoires d'un grand empereur romain, l'auteur a voulu « refaire du dedans ce que les archéologues du XIXe siècle ont fait du dehors ». Jugeant sans complaisance sa vie d'homme et son oeuvre politique, Hadrien n'ignore pas que Rome finira un jour par périr, mais son réalisme romain et son humanisme hérité des Grecs lui font sentir l'importance de penser et de servir jusqu'au bout. « ... Je me sentais responsable de la beauté du monde », dit ce héros dont les problèmes sont ceux de l'homme de tous les temps : les dangers mortels qui du dedans et du dehors confrontent les civilisations, la quête d'un accord harmonieux entre le bonheur et la « discipline auguste », entre l'intelligence et la volonté.

  • Marc Aurèle est aujourd'hui considéré comme un philosophe stoïcien à part entière, au même titre que Sénèque ou Épictète. Pierre Vesperini remet ici en cause cette «opinion commune» à partir d'un nouvel examen des écrits de l'auteur, notamment de passages souvent ignorés, croisés avec toutes les autres sources, exceptionnellement nombreuses, dont nous disposons à son propos. Conformément à une pratique courante dans l'Antiquité, Marc Aurèle utilise les «discours philosophiques» pour «rester droit», lorsque l'âme est ébranlée par les affects produits par le monde extérieur ou par le déséquilibre des humeurs, notamment de l'humeur mélancolique. Par ailleurs, l'auteur montre combien l'éthique ancienne est éloignée des conceptions de Pierre Hadot et de Michel Foucault. Le «soi» visé par les pratiques éthiques n'est pas un «soi» intérieur, mais un «soi» tout extérieur, entièrement soucieux du regard des autres, et de donner la plus belle image possible. La «droiture» ne consiste pas en l'adoption d'un «mode de vie» spécifique, mais au contraire en l'adoption d'un mode de vie le plus conforme possible aux attentes sociales, en fonction du statut de chacun. Enfin, l'éthique philosophique n'est jamais coupée du religieux, dans la mesure où «bien vivre», c'est «vivre avec les dieux».

  • Les mémoires de Zeus

    Maurice Druon

    À ceux qui pensent que vivre pour un dieu est aisé, je dis : «Détrompez-vous.»Aux mortels qui croient que notre vie n´est que volupté et délices, je dis: «Apprenez de votre erreur.»Ayant échappé à l´infanticide, j´ai grandi seul, caché sur une île. Je suis devenu homme et guidé par ma grand-mère Gaïa, j´ai concocté un plan afin de renverser mon père, Cronos, maître de l´Olympe. Seul, j´ai appris la vie, l´amour, la mort et la colère. J´ai levé une armée, j´ai réveillé les géants, j´ai libéré mes frères et mes soeurs. J´ai accompli mon destin!Moi, zeus, roi des dieux, dieu des rois, je vais vous conter mon histoire...

empty