Le grand Meaulnes

À propos

Augustin Meaulnes, élève de Sainte-Agathe, se retrouve à un bal étrange après s'être endormi sur la route de la gare. Il y rencontre une jeune fille, qui lui dit s'appeler Yvonne de Galais et dont il tombe irrémédiablement amoureux. Mais il doit quitter précipitamment les lieux, sans pouvoir repérer son chemin... De retour à Sainte-Agathe, il n'a plus qu'une seule pensée : comment la retrouver ?
Le Grand Meaulnes nous plonge au coeur d'une rêverie adolescente, le merveilleux s'effaçant peu à peu pour dévoiler une histoire d'amour bien réelle. Paru en 1913, c'est l'unique roman d'Alain-Fournier, qui décèdera peu après, à l'âge de vingt-sept ans, lors de la première guerre mondiale.



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782363153418

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    218 Pages

  • Poids

    593 Ko

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    IggyBook Diffusion

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Alain-Fournier

Henri Fournier est né à La Chapelle-d'Anguillon, dans le Cher. Fils d'instituteurs, il passe ses vacances et ses premières années dans le milieu rural. En 1903, il va préparer l'École normale au lycée Lakanal à Sceaux. Il y rencontre Jacques Rivière qui deviendra son meilleur ami et qui épousera sa soeur. Ils échangeront une longue correspondance.
C'est en 1905 qu'Alain-Fournier croise Yvonne de Quiévrecourt. La jeune fille est fiancée et se mariera deux ans plus tard. Il la reverra une dernière fois fin juillet 1913. Cette rencontre est à l'origine du Grand Meaulnes et il ne cessera de la raconter en la transposant. En 1906, il échoue à l'École Normale. Après son service militaire, il est secrétaire à Paris-Journal.
Mobilisé, il est tué au sud de Verdun dans les Hauts de Meuse, le 22 septembre 1914. Son corps découvert dans une fosse commune où les Allemands l'avaient enterré, a été identifié en 1991 et inhumé dans le cimetière militaire de Saint-Remy la Calonne.
Alain-Fournier s'inscrit dans le courant qui prépare la littérature du siècle: les écrivains désormais laissent l'histoire qu'ils content se dérouler d'elle-même. Aux artifices de la logique, ils préfèrent la vérité du hasard.

empty