À propos

Madame Bovary

Gustave Flaubert

Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique . Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.
Flaubert commence le roman en 1851 et y travaille pendant cinq ans. À partir d'octobre, le texte est publié dans la Revue de Paris sous la forme de feuilleton jusqu'au 15 décembre suivant. En février 1857, le gérant de la revue, l'imprimeur et Gustave Flaubert sont jugés pour « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes moeurs ». Gustave Flaubert est blâmé pour « le réalisme vulgaire et souvent choquant de la peinture des caractères » mais est acquitté. Le roman connaîtra un important succès en librairie. Charles Bovary s'établit à Tostes comme officier de santé, élève médiocre il n'a pas obtenu le doctorat. Il se marie ensuite avec une veuve de 45 ans qu'il exècre. Charles, lors d'une banale visite, fait la rencontre d'une jeune femme, Emma Rouault, élevée dans un couvent et s'ennuyant à la ferme avec son père. Après la mort de la femme de Charles (dont il hérite de la fortune). Emma épouse Charles, après avoir été convaincue par son père. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Madame_Bovary

Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782363071910

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    304 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Distributeur

    Immatériel

  • Diffuseur

    Immatériel

  • Entrepôt

    immatériel.fr

  • Support principal

    ebook (ePub)

Gustave Flaubert

Gustave Flaubert (1821-1880) est l'un des grands maîtres de la littérature française. Ses romans réalistes "Madame Bovary" (1857) et "L'Éducation sentimentale" (1869) sont encensés, malgré un procès pour « outrage à la morale publique religieuse et aux bonnes moeurs » dont il sort acquitté. Il composait ses phrases comme des partitions de musique classique, dont il testait la solidité à l'oral dans son célèbre « gueuloir ». Tandis que l'immense "Bouvard et Pécuchet" (1881), inachevé, ne verra le jour qu'à titre posthume, « Un coeur simple », écrit dans la maturité de l'auteur, est l'un des "Trois contes" (1877), dernier livre publié de son vivant.

empty